Nos prochaines dates

ON SE PERD PAS DE VUE MON AMOUR
○ REPORTÉ – 19 au 21 AOÛT 2021 / AURILLAC – ECLAT, LES RENCONTRES
○ 27 AOÛT 2021 / PARIS – L’HYPER FESTIVAL
○ 28 AOÛT 2021 / PANTIN – L’HYPER FESTIVAL
○ 23 SEPTEMBRE 2021 / MELUN – FESTIVAL LES AFFOLANTES

ET ILS CROIVENT
○ 7 et 8 AOÛT 2021 / ANDOUILLÉ – FESTIVAL DE L’ARBRE BAVARD
○ 12 SEPTEMBRE 2021 / LA COURNEUVE – LA FÊTE DE L’HUMANITÉ
○ 22 MAI 2022 / ATH (BELGIQUE) – FESTIVAL SORTILEGES, RUES ET VOUS

ROSE
○ REPORTÉ – 11 AOÛT 2021 / DOUVAINE (privé)
○ 19 SEPTEMBRE 2021 / PANTIN – LA HALLE PAPIN

○ 28 OCTOBRE 2021 / PARIS – LA MOQUETTE

)

ET ILS CROIVENT

La compagnie

Début 2017, au Conservatoire Jean-Philippe Rameau, Juliette Hecquet nous informe de l’existence du concours “Conservatoires en scène” organisé par le Théâtre du Rond-Point à Paris. Presque aussitôt, un petit groupe d’étudiants de première année s’assemble. Nous nous mettons au travail directement sur le thème “inventer le réel”, au travers de nombreuses improvisations.

De là naquit “et ils croivent”

​Une quête commune de ce qui constitue le réel, un regard acerbe sur la société, les médias, le nationalisme baignée dans le rire.

La croivance en a fait reculer quelques uns, avancer d’autres. Les mouvements se sont enchaînés dans ce groupe qui s’est soudé au fil des départs et des arrivées.

comme Dieu dit à jésus,

“Croiver, c’est se libérer de notre prison existentielle” et que McDonald’s dit à ses clients “Venez comme vous êtes”, en tant qu’intermédiaires entre la fiction de la religion et la fiction du capitalisme, nous proclamons la Croivance reine.

ON SE PERD PAS DE VUE MON AMOUR

OSPPDVMA est un pari qui va a l’encontre de l’économie actuelle :

une grosse équipe, une jeune compagnie… Comment pousser les murs de la scène culturelle et du monde à la seule force de nos voix et de notre imagination ?

Dire « non », le sujet est si sensible.

​Dire « non » à quoi ? Comment faire corps quand les convictions personnelles divergent sur un plan politique, moral et intime ? Comment s’affirmer sans déborder sur la sensibilité de l’autre ?  Quelle légitimité avons-nous à mener des combats ? Mais surtout, comment le sentiment de révolte peut-il être un mouvement d’amour ?

OSPPDVMA est un cri de désarroi,

un besoin d’humour et une tentative d’amour perdu dans le flot des indignations. On nous dit que l’art doit jouer avec les contraintes, alors brandissons nos poings et nos caresses pour déjouer les barrières en faisant de l’ironie notre plus grande arme.

ROSE

« Être amoureux c’est donc comme être complètement impuissant, sans bras ni jambes, une sorte de viande à kebab qui tourne sur elle-même dans un snack-bar graisseux, CAPABLE DE RIEN, sauf de CRAMER, désemparée de ne POUVOIR rien faire sauf être une sorte d’espace d’accueil d’un désir, un unique désir, celui d’être PRÈS d’un abruti qui s’appelle Kevin (ou comme vous voulez). »

Liv Strömquist dans La Rose la plus rouge s’épanouit

En réponse à ce mal d’amour,

la poétesse du 19e siècle Hilda Doolitlle, l’acteur Leonardo DiCaprio, la mondaine Lady Caroline du 18e siècle, un fabricant de collants nommé Michel, Ariane fille de Minos et l’artiste Beyoncé ont décidé de se retrouver pour… Pourquoi d’ailleurs ?

« Pour apprendre à aimer ? »

demanderait Michel. Non, ça ne s’apprend pas, « on tombe amoureux comme on tombe dans une autre dimension » lui répondrait Hilda. Alors « pour conserver la relation à deux ? » demanderait Ariane. Non plus, « il faut apprendre à s’aimer soi avant d’aimer l’autre » chanterait Beyoncé.

Alors le débat est ouvert et dans ROSE s’entrechoquent les visons de l’amour selon le genre, l’époque, les attentes et les peurs, le tout dans une ambiance enjouée, poétique et parfois enivrante.

NOUS CONTACTER

4 Rue Eugène Sue – 94100 Saint-Maur

Juliette Hecquet

06 67 71 94 72